19 octobre 2005

Dernier diner à Quito



Hier, nous avons pu porter le dossier complet à l'ambassade de France pour le visa de Pascual qui lui sera remis demain...
Vraiment sans eux la rencontre du 3 Novembre, allait a l'eau, encore mille mercis...
Puis je m'en suis retourné à mon hôtel où je me suis reposé et ai travaillé avec mon toshiba portege (machine redoutable) sur le blog...
Et en fin d'après midi, j'ai eu l'heureuse surprise d'avoir la visite de Pascual et de son assistante Clarita qui revenaient de la CODENPE où il avait un rdv (Organisme de consultation de la présidence de la république équatorienne pour la cause indigène). Elle m'a également offet des objets: un dream catcher, un mobile shuar, des colliers, un livre ect....
Et elle est allée de son discour pour nous remercier, le palais de tokyo et moi, sur la précieuse aide que l'on a apporté à leur communauté. Nous avons apporté cette aide en contre-partie de leur hospitalité et voilà qu'ils se confondent en remerciements et me plongent dans une gêne; cela est émouvant, je lui ai tout de même dit que j'appréciais sa générosité, mais vraiment ce que nous avons fait était parfaitement normal et nécessaire.
Puis derrière l'hôtel nous sommes allés dîner dans un restaurant dont la façade impressionne avec son énorme crabe. Le dîner fut arrosé de margaritas et de cervezza, une grande fatigue m'atteignait quand la discussion a glissé sur le sujet de la fiesta organisée à Tanguntsa:
Pascual racontait a Clarita qu'il avait été le DJ ce soir là, et Clarita horifiée lui dit: "Tu appelles cela de la culture shiwiars? toi tu n'es que le vomis de l'occident..." bien sur tout cela dans les éclats de rire. Je demandais tout de meme de me traduire les dire de Clarita a Pascual, et, il confirme mes intuitions (je comprend assez bien l'espagnol sans le parler, car je parle italien...).
Alors je demandais à développer cette phrase, et elle me dit "Ce n'est pas grave pour les shiwiars qui restent des shiwiars, et, qui ont bien le droit de s'amuser comme ils veulent, mais faire ça devant toi, c'est pas bon pour les touristes qui ne veulent voir que de la tradition... les touristes ne doivent pas voir cela, sinon ils ne nous aideront pas, il faut que l'on donne l'image qu'ils attendent de nous..."
Pour ma part, je lui répondais que cela ne m'importais peu, ils ont bien le droit de faire ce qu'ils veulent et je n'ai aucune attente sur ce sujet à leur endroit, ils m'intéressent comme ils sont...

Cette annecdote montre, à quel point ces communautés ont un sens aigu du "marketing" (si je peux me permettre cette expression) à notre endroit et quels effets pervers génèrent les bonnes intentions de diverses associations de notre occident qui cherchent a les figer dans leur condition "d'indigènes".
Cela est terrifiant, et en poussant plus loin la discussion, en demandant qu'est ce qui lui permet de penser cela, et la, j'entend les mêmes noms d'associations et de personnes francaises et suisses que j'avais précédemment critiqué pour les stages de chamanismes organisés en France et en Suisse...

Mais le plus beau dans l'histoire, est que cette annecdote est la preuve vivante de l'intelligence diplomatique et politique des shiwiars...
en clair "Causez toujours, on fait ce que l'on veut et personne n'a le droit de faire les choix concernant notre futur à notre place" Si bien, qu'en fin politiciens, ils ne refusent aucune aide de qui que ce soit, mais ne se plient a aucune ingérence extérieures et font ce qu'ils veulent...

D'ailleurs Juan, le frere de Pascual m'avait annoncé la couleur dès le premier jour:
"Nous ne refusons pas l'aide des sallésiens, mais qu'ils n'attendent rien en retour, on ne renoncera pas à nos croyances, et si ils nous aident plus, d'autres nous aideront dans notre cause: notre terre, notre culture, nos choix sur notre destinée..."

Je ne m'inquiète pas trop sur le futur de cette communauté qui sait évoluer en tirant partie des meilleurs avantages de notre monde et du leur, comme je le disais, entre le bigotisme béat et beunet, et le neo-marxisme surrané, ils ont su trouver une troisième voie politique qui n'est pas idéologique mais pragmatique...

N.B: Je décolle cet am à 17h40 pour Paris: Shiwiars vous me manquez deja !!!

1 commentaire:

Pascal Languillon a dit…

Très intéressants commentaires je trouve! Je suis d'accord, cette histoire de DJ et de TV est pas terrible en termes de marketing pour le projet Ikiam (je ne l'aurais pas mis sur le site ), et comme je te l'ai dit ce n'est pas ce que les tourites veulent voir. Mais Pascual et les Shiwiars n'en font qu'à leur tête, et ils ont raison bien sûr... Pourquoi est-ce que le tourisme devrait leur dicter la marche à suivre? Ne serait-ce pas à nous de nous adapter à leur nouvelle réalité plutôt que de continuer à avoir nos rêves nostalgiques d'un autre temps, pas si éloigné ?
Mais comme tu le sais aussi, il y a tout de même un danger (pour les enfants) avec "toutes ces daubes américaines" que Pascual leur montre, non? C'est un sujet délicat. Il sera très intéressant d'en discuter au colloque en présence des personnalités que tu as invité.

Bon retour!